En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Projet Eoliennes

Prosimar, une association vent debout contre les éoliennes

Par webmestre galilee, publié le mardi 17 mars 2015 13:30 - Mis à jour le mardi 17 mars 2015 13:35

Compte-rendu de l'intervention de Monsieur Doré, responsable de l'association Prosimar le lundi 02 février

 

I La situation énergétique de la France

 

La France n'émet pas beaucoup de gaz à effet de serre grâce à l'énergie nucléaire. Cependant les 3 plus grands responsables d'émissions de CO2 sont : les transports, l'agriculture, le chauffage. Si on veutr réduire les émissions de CO2, il faut le faire dans les transports.

 

II Les choix pour le futur

 

La localisation des parcs d'éoliennes ; les lobbyies industriels et le syndicat des énergies renouvelables annoncent des parts de plus en plus importantes pour les éoliennes. Or, on pourrait favoriser plutôt la géothermie. En effet l'éolien et le photovoltaïques ont de gros désavantages : ce sont des énergies intermittentes et ont donc besoin d'être couplées avec une centrale thermique. Les éoliennes fonctionnent avec des vents compris entre 30km/h et 90 km/h, la puissance annoncée de 490 MGW aurait un rendement plus probable de 30 % = 150 MGW. Il faut ajouter à ceci le fait que la consommation d'énergie varie de 40 % selon les heures et les jours de la semaine.

Le nucléaire doit donc continuer à assurer le fond de consommation.

Si la part de l'éolien augmente, il faudra donc s'attendre à des coupures de réseau.

 

Le Grenelle de l'environnement

Un objectif sans justification de 6000 MGW pour contribuer à l'essor d'une filière industrielle, d'emplois. Cependant, dans un contexte de mondialisation et de délocalisation, on ne sait si tout sera produit à terme en France. Alsthom a besoin de terres rares pour ses nacelles.

 

Un projet de 2 milliards d'euros pourrait tout autant permettre 100 000 rénovations de logements à 20 000 euros.

La voiture électrique et sa diffusion serait le seul moyen de stocker l'électricité produite afin de mieux rentabiliser ces investissements.

 

Donc il s'agit bien de choix politiques et pas de choix scientifiques.

 

Film sur la flore et la faune du banc de Guérande, montrant laminaires et poissons entre -10 et -12 mètres. Carte montrant les dégradations progressives du milieu. Tableau montrant les contraintes décidées par les autorités pour évaluer les dommages de l'installation. Photomontage montrant la différence entre la perception des éoliennes sur un panoramique et sur une photo avec un champ de 30 %.

 

Question sur le développement durable et les 3 piliers à respecter, et le fait que ces installation vont augmenter le tarif de l'électricité.

 

Questions des élèves :

 

Êtes-vous contre les éoliennes ou seulement celles de Guérande ?

Contre toutes

 

Quelle serait l'énergie à favoriser selon vous ?

Pas une en pârticulier, toutes sont à étudier dans un mix énergétique

 

Quel est le rôle de Prosimar ?

C'est un collectif de défense de la mer avec une 10e d'associations que je coordonne.

Quel rapport entre les fonds marins et les éoliennes ?

80 éoliennes fixées dans le fonds = turbidité, 80 km de cable à enrocher en labourant le banc, un impact majeur sur la biodiversité, alors qu'on trouve aujourd'hui des homards et des tourteaux que les pêcheurs à casiers exploitent.

 

Si le projet est fait, combien de temps cela prendra-t-il pour que la faune et la flore reviennent ?

On ne sait pas, et ce pourrait n'être que des espèces invasives, donc une grosse perte de biodiversité.

 

Quel sera l'impact sur le réchauffement climatique ?

Plutôt mauvais, car il faudra compenser par une centrale thermique.

 

Connaissez-vous les moyens qu'on va utiliser pour mettre les éoliennes dans l'eau ?

Oui, des pieux « tapés » ce qui dégrade fortement le milieu et fait énormément de bruit compte-tenu de la diffusion des ondes sonores sous l'eu, ce qui va effrayer les cétacés. Il est d'ailleurs prévu des faire un rideau de bulles pour limiter le bruit...Or le calcaire est friable, pas stable ; l'autre solution serait les « jackets métalliques » ou des bases gravitaires en béton construites à St Nazaire et ensuite amenées sur zone, plus loin éventuellement que sur le banc de Guérande.

 

Combien de temps pour construire le parc ?

2 ou 3 ans

 

A combien de profondeur seront installées les éoliennes ?

C'est en discussion. Sur le banc de Guérande c'est 10 ou 15 mètres sous la mer. Plus loin on pourrait être à 20 ou 25 m. et ne pas toucher à la biodiversité car les fonds sont des alluvions moins riches. Le collectif penche pour cette solution, avec des bases gravitaires ou des jackets. Mais on se heurte à l'opposition du lobby des pêcheurs au chaland.

 

Pièces jointes
Catégories
  • ressources