En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Orientation

Etudes à l'étranger

Par OLIVIER GUIVARC'H, publié le vendredi 6 décembre 2013 08:15 - Mis à jour le vendredi 6 décembre 2013 08:47

Etudes à l’étranger


1 Partir en solo : les conditions pour réaliser son projet

 

  • Comprendre le(s) système(s) éducatif(s) du (des) pays où l’on souhaite poursuivre ses études.

 

  • Trouver les bases de données propres au pays ; cela suppose avoir des bases linguistiques solides car les données lorsqu’elles se précisent sont dans la langue du pays (et en anglais pour de nombreuses destinations où l’on trouve de plus en plus de cursus d’études en anglais).

 

  • Choisir sa formation : à partir des sites mais aussi en allant sur place (voyage de reconnaissance lors des journées portes ouverte de l’établissement sélectionné).

 

  • Suivre la procédure pour s’inscrire : parfois nécessité de faire une demande d’équivalence du bac, rédiger des courriers (ou même demander aux enseignants des lettres de recommandation), passer des entretiens de motivation, des tests de langue…

Passer un test de langue.
Pour la langue anglaise plusieurs tests possibles
Le test (score que l’on peut améliorer) est différent de l’examen (où l’on réussi ou échoue)


2 tests conçus aux EU :

TOEFL : anglais académique, référence pour aller étudier aux EU,

Surtout test IBT sur ordinateur via internet (score entre 0 et 120 en 4 parties) dans un centre de test (université de Nantes). Coût du test : environ 180 €.

TOIEC : anglais professionnel pour alimenter un CV.

IELTS : test le plus demandé à l’entrée des universités britanniques et de plus en plus dans les cursus d’études anglophones hors USA.

Organisé par le British Council Paris. Test en 4 parties (score de 0 à 9) dont une épreuve d’expression orale (entretien de face à face). Il existe également une version plus adaptée à l’emploi et aux stages.
Coût du test organisé dans différentes villes en France (dont école RISE à Nantes) : 195€.

 


S’engager le plus souvent sur plusieurs années.


Il est difficile de passer d’un système à l’autre en cours de diplôme hors accord préalable entre 2 établissements donc si l’on débute en solo des études à l’étranger, c’est pour y obtenir le diplôme avant d’envisager une poursuite d’études en France à son retour. Pour obtenir un 1er diplôme supérieur il faut souvent 3 ans (bachelor).


Trouver les interlocuteurs pour négocier une éventuelle réduction de parcours si l’on souhaite partir 1 an.


Demander un visa étudiant auprès de l’ambassade après préinscription si destination choisie n’est pas européenne.


Se préoccuper de l’aspect financier :

- coût des études
La France avec des frais d’inscription à l’Université peu onéreux (voire symboliques) fait figure d’exception.

- coût de la vie et en particulier coût du logement

La recherche d’un logement à des prix abordables dans certaines grandes villes peut être fastidieuse. S’il existe un système de logement universitaire, il y a certainement des priorités, des dates butoir pour faire une demande ; il faut donc anticiper.

Les bourses de l’EN (sur critères sociaux) accordées par la France peuvent suivre à l’étranger et sont complétées par une allocation de mobilité mais les aides financières sont loin de couvrir l’ensemble des frais liés au séjour d’études à l’étranger.

Penser aux assurances pour frais médicaux et au solde imposé sur un compte bancaire par certains pays d’accueil.

Se poser la question de la reconnaissance en France du parcours suivi à l’étranger.

Le Canada francophone (Québec) :
une destination privilégiée au niveau des démarches, du coût et de l’expérience (culture francophone et nord américaine)
http://www.cegepinternational.qc.ca/
http://www.universitesquebecoises.ca/

Pour toute information concernant les études dans un autre pays européen :
www.euroguidance-france.org (étudier et se former en Europe/ sélectionner un pays)
accès à une fiche de présentation sur les études puis un document pdf avec de nombreux liens internet.


2 Profiter d’un programme d’échanges dans le cadre d’études (mobilité formelle)


Les types de programmes/ partenariats les plus courants :


- programme Erasmus et financements correspondant
le jeune reste étudiant de son établissement d’origine et va suivre les unités d’enseignement constitutifs de son année (ou semestre) en France (L3, M1 plus rarement L2) dans l’établissement étranger partenaire.
ECTS = mesure commune européenne des Unité d’Enseignement et de Formation.


- programmes bilatéraux, cursus intégré ou cursus binationaux voire trinationaux conduisent à un double (ou triple) diplôme qui peut se construire dès la 1ère année d’études supérieures (ex : dès la L1 droit à Nantes) ;
beaucoup de doubles diplômes sont proposés par les grandes écoles (écoles d’ingénieur, de commerce gestion, IEP…).


La coopération binationale permet de favoriser la délivrance de doubles diplômes et diplômes conjoints, à travers la réalisation de cursus d'études communs.
ex de l’Université Franco Allemande ou Université Franco Italienne
www.dfh-ufa.org/fr/
www.universite-franco-italienne.org


- programme ISEP ou MICEFA (Paris) pour partir aux EU
http://www.isep.org/students/Directory/members_in_usa.asp


- programme CREPUQ pour partir au Québec
http://echanges-etudiants.crepuq.qc.ca/


Les financements sont liés aux programmes :
les bourses Erasmus concernent les destinations européennes (dans le cadre d’études ou de stages)
…mais peuvent être complétés
par des aides des collectivités territoriales :
par ex : Envoléo (soutien des Pays de la Loire), bourse ville de Nantes….
ou d’autres aides qui répondent à des critères précis :
par ex : allocation de mobilité sur critères sociaux, fonds propres à l’école ou l’université, bourses de recherche, financements liés à des actions de coopération…
Pour toute information sur les possibilités de mobilité et les financements :
voir les sites des Universités ou Grandes écoles -pages sur « l’international »


Possibilités de mobilité….


…dans le cadre d’études courtes


Quelques possibilités de partir tout de suite après le bac en étant aidé.

En BTS Commerce International 4 semaines (sur 12) de stage obligatoire à l’étranger
En BTS Assistant Manager il doit permettre l’utilisation d’une langue étrangère donc se dérouler à l’étranger
En BTS Hôtellerie-Restauration, Responsable d’hébergement, Tourisme, Transport et prestations logistiques nombreuses opportunités de stages à l’étranger


…après un Bac+2


Les IUT proposent des séjours à l’étranger dans le cadre des DUETI
DUETI (Diplôme d’Université d’Etudes Technologiques Internationales post DUT) : double qualification = Diplôme d’Université + Diplôme étranger ou crédits de l’institution étrangère


possibilité de poursuivre (en solo) sur place pour obtenir le diplôme étranger si cela n’a pas été possible le temps du séjour DUETI
se renseigner auprès du correspondant des relations internationales de l’IUT


…dans le cadre d’études commerciales (si grande école voir études longues)


Ecole Atlantique de Commerce à Nantes
Si l’on opte pour le parcours international, mobilité en 2ème année : semestre dans une Université partenaire du réseau international d’Audencia Group. Les Universités sont sélectionnées en fonction des programmes et des calendriers académiques en conformité avec ceux de l'EAC. En 3ème année, 3 filières sont proposées sur des campus à l’étranger.
Une année de césure optionnelle permet également de partir à l’étranger.


…dans le cadre d’études longues


A l’Université
En général à l’Université, les candidats à une mobilité sont principalement sélectionnés l’année précédente pour partir au niveau de la Licence 3 ou plus souvent du Master 1
Parmi les critères de sélection, le bon comportement général (assiduité, motivation et autonomie) est souvent retenu.
La compétence en langues n’est pas toujours le critère principal (ex mobilité en Italie).


Des exemples de partenariats les plus aboutis (accords bilatéraux) et formations à visée internationale :
Université de Nantes
https://moveinout.univ-nantes.fr/index_exchanges.html
UFR de Droit: cursus intégrés franco-britannique, franco-allemand et franco-espagnol et Licence Droit parcours Europe, Licence Droit-LEA à La Roche sur Yon
Institut d’Economie et de Management : Licence économie-gestion parcours international
Filières littéraires : Licence Histoire, Philo, Allemand et Italien parcours Europe
Objectif du parcours Europe : double compétence (double cursus) pour traiter des questions européennes ; l’accès est sélectif dès la L1. En L3, préparation à la mobilité (projet tutoré)


ITBS à Angers
50 accords bilatéraux : 10 avec l’Europe (dont 4 avec la Russie), 20 avec le continent américain et 16 avec l’Asie (12 avec la Chine).
http://www.univ-angers.fr/fr/international/carte-des-accords-internationaux.html

Il existe un correspondant des relations internationales pour chaque composante de l’Université.


En grande école

La plupart des Grandes écoles propose de nombreux partenariats et même des diplômes bi-nationaux.

ENS Architecture Nantes
La dimension internationale de la formation des architectes constitue une priorité de l'Ensa. Les étudiants ont l'obligation de participer à un voyage d'étude au cours de chaque cycle (dans le cadre de programmes européens ou d'autres accords bilatéraux).

Polytech Nantes
Les élèves ingénieurs de l'École ont l'obligation d'effectuer au moins un séjour ou stage à l'étranger durant leur scolarité. Ils ont aussi la possibilité d'effectuer un semestre d'études dans une université étrangère partenaire.
3 doubles diplômes en partenariat avec la Chine, la Pologne et le Liban.

IEP
3ème année= année de mobilité (sauf IEP Bordeaux et Grenoble mobilité en 2ème année)
L’étudiant effectue un séjour à l’étranger : dans une Université partenaire ou en entreprise.

ESSCA Angers
Tous les étudiants de l’ESSCA inscrits au programme Grande Ecole doivent passer au minimum un semestre à l’étranger, soit en séjour d’études, soit en stage et parfois même les deux.
L’ESSCA possède actuellement un réseau d’universités partenaires dans plus de 40 pays au monde. Elle propose également ses programmes sur 2 campus étrangers (Budapest et Shanghai)
Les étudiants de l’ESSCA ont la possibilité d’obtenir une dizaine de doubles diplômes (en particulier 2 avec la Chine et 1 avec Taiwan).

3 La mobilité non formelle

Objectifs multiples :
- parfaire sa connaissance d’une (ou plusieurs) langue(s),
- s’ouvrir au monde, se confronter à d’autres cultures,
- se lancer un défi, devenir autonome.


Partir en étant volontaire :

Service Volontaire Européen
Le SVE offre à partir de 16 ans l’opportunité de partir jusqu’à 12 mois en tant que volontaire dans des organismes à but non lucratif (associations, collectivités territoriales, organismes publics etc...) Il s’agit d’activités d’intérêt général dans différents domaines (social, environnement, art, culture, médias, sport…)
Pour des exemples de projet, il est possible de consulter la base de données SVE : http://ec.europa.eu/youth/evs/aod/hei_en.cfm

Le CRIJ Nantes propose des réunions d’information et un accompagnement.
www.infos-jeunes.fr/sve/

Bourse Zellidja
La Fondation Zellidja attribue des bourses de voyage pour permettre à des jeunes de 16 à 20 ans d’effectuer seuls un voyage d’étude sur le sujet de leur choix, dans le pays de leur choix. Priorité sera donnée aux boursiers de l’Education nationale.
http://www.zellidja.com/

Volontariat de Solidarité Internationale
Le contrat de VSI a pour objet l'accomplissement d'une mission d'intérêt général à l'étranger (hors UE) dans les domaines de la coopération au développement et de l'action humanitaire.
http://www.alcid.org/
www.clong-volontariat.org
www.france-volontaires.org
www.scd.asso.fr
www.ladcc.org

à noter le service Civique pour un volontariat en France uniquement
www.service-civique.gouv.fr

Chantiers internationaux
C'est d'abord la réalisation d'un travail d'utilité collective, ne nécessitant pas de compétence particulière, en milieu rural ou urbain.
Le projet (construction, rénovation du patrimoine, sauvegarde de l'environnement, animation…) implique le groupe de 15 à 20 volontaires aussi bien que les habitants, jeunes et moins jeunes (à partir de 15 ans)
www.rempart.com/
www.concordia-association.org/
www.solidaritesjeunesses.org/

Wwoofing
Le WWOOF est un réseau mondial de fermes bio créées en Angleterre en 1971 qui se proposent d'accueillir toute personne souhaitant partager leur quotidien et leurs travaux en l'échange du gîte et du couvert. Il offre la possibilité de découvrir les différentes techniques de l’agriculture biologique en partageant le quotidien de fermiers ou de personnes ayant un rapport privilégié avec la nature.
www.wwoof.org


Partir pour travailler

Séjour au pair

Le principe : travailler dans une famille en s’occupant des enfants en contrepartie d’un hébergement et de la nourriture
Les garçons ne sont pas exclus de ces dispositifs; certains tentent leur chance (BAFA souvent exigé).
La majorité des familles accueillantes sont anglo-saxonnes (Etats-Unis, GB, Irlande, Australie…)
www.aupair-world.net/
www.ufaap.org

Jobs d’été
Les jeunes cherchent en majorité des jobs en juillet-août, les employeurs, eux, ont souvent des besoins en personnel dès avril-mai et pour 3 à 6 mois pour des contrats de travail saisonniers ou temporaires.

Il est nécessaire de cibler ses recherches en fonction de son expérience et de son niveau de langue. S’ils sont faibles, le principe est de viser des jobs peu qualifiés et/ou demandant peu de contact avec le public. Quelques exemples : aide de cuisine, plonge, nettoyage, épluchage dans l’hôtellerie-restauration ; cueillette (de mai à novembre) dans l’agriculture ; usines de conditionnement de produits de la mer (pays du Nord), de fruits et légumes (pays du Sud) dans le secteur agro-alimentaire.
www.crij-haute-normandie.org/-Trouver-un-job-dete-a-letranger.html
www.teli.asso.fr

Volontariat International
Destiné principalement aux étudiants, jeunes diplômés, ou chercheurs d’emploi, de 18 à 28 ans, le VI est un véritable tremplin pour une carrière internationale. Le VIE s’effectue au sein d’une entreprise française à l’étranger et le VIA concerne les services de l’État (consulats, ambassade…) à l’étranger.
Les V.I perçoivent une indemnité mensuelle, variable suivant le pays d’affectation, mais indépendante du niveau de qualification.
Un seul site pour postuler :
www.civiweb.com

Programme Vacances Travail
Les PVT offrent aux jeunes Français la possibilité d’obtenir un visa Vacances – Travail (ou Working Holidays) qui permet de rester 12 mois maximum dans le pays en travaillant et/ou en voyageant.
Les pays concernés sont le Canada (quotas limités, visa très demandé), l’Australie, la Nouvelle-Zélande, l’Argentine, la Corée du Sud, le Japon, Hong Kong et Taiwan
www.pvtistes.net



Pour se lancer, quelques conseils :

 

  • s’y prendre à l’avance

 

  • mûrir son projet : bien identifier ses envies, ses besoins, les contraintes

 

  • se renseigner en explorant différentes possibilités, en recoupant informations et témoignages (rencontre de personnes déjà parties, forums internet, blogs…)

 

  • penser au budget et aux aides financières

 

  • réajuster son projet si nécessaire (tenir compte des opportunités qui vont se présenter dans le cadre de la filière choisie après le bac ou à travers la poursuite d’études)

 

  • trouver les accompagnements possibles et les personnes ressources (associations, structures ou services spécialisés, correspondants des relations internationales, enseignants de langue…)

à noter :
Il existe des organismes ou associations spécialisés dans les séjours de longue durée (de 1 trimestre à une année scolaire) à l’étranger. Ils se chargent de trouver une place dans une université ou établissement adapté à sa classe d’âge, recherchent des familles d’accueil, organisent des week-ends de préparation avant le départ, assurent le suivi pendant le séjour, souscrivent les assurances nécessaires…Tout cela a un coût.

Pièces jointes
Aucune pièce jointe
Catégories
  • supérieur