En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

le lycée dans la presse

Ouest-France 18 juin 2013 : les terminales planchent à Grand Air

Par OLIVIER GUIVARC'H, publié le jeudi 20 juin 2013 08:17 - Mis à jour le jeudi 20 juin 2013 08:18
 

Relâchement et soulagement à la sortie de l'épreuve, devant le lycée baulois...


Questionnement, interprétation, réflexion... Hier matin, de 8 h à midi, les élèves de terminale des filières générales du lycée Grand-Air ont affronté l'épreuve de philo du bac...

Selon leur série respective, littéraire, scientifique ou économique, les lycéens ont pu choisir entre différents thèmes à traiter : le langage n'est-il qu'un outil ? La science se limite-t-elle à constater des faits ? Que devons-nous à l'Etat ? Ou encore : Interprète-t-on à défaut de connaître ? Peut-on agir moralement sans s'intéresser à la politique ? Le travail permet-il de prendre conscience de soi ?

Des extraits à commenter, « Lettre à Elizabeth » de René Descartes, « De la concorde » de Saint-Anselme, « La pensée et le mouvement » d'Henri Bergson étaient également proposés. Tout un programme !

Lucie, Anne-Laure et Marie-Laure, élèves de série littéraire, sont sorties de la salle d'examen avant la fin de l'épreuve. Toutes trois sont confiantes, elles témoignent : « Nous avons choisi le sujet abordant le langage : ce thème a longtemps été abordé pendant l'année scolaire, alors nous sommes optimistes quant aux résultats ! »

Du rapport qu'elles entretiennent avec la matière, elles répondent : « La philosophie, ce n'est pas apprendre les choses par coeur, c'est intéressant de s'ouvrir à un cheminement de pensée, de pouvoir débattre en classe. Nous avons étudié cette discipline 8 h par semaine. »

« La philo au coeur du quotidien ! »

Marine, encore dans ses pensées, acquiesce : « De coefficient 7 pour la série littéraire, réussir l'épreuve de philosophie est primordial pour la suite. J'ai choisi le sujet traitant du langage, en faisant le lien entre la pensée et le langage. Pour moi, le langage est un outil pour la pensée et un facteur d'évolution pour l'humanité. Disserter sur ce thème était plus simple, car la science m'interpelle moins, d'autant plus que la notion de langage a été vue pendant toute l'année. J'ai bien relu ma copie, afin d'éviter les contresens ! Si je ne fais pas beaucoup de philosophie à la maison, elle est cependant présente au quotidien : pour embêter ma maman et débattre avec elle, par exemple, j'aime bien ! Ou tenir tête à ma jeune soeur ! »

L'épreuve terminée, des petits groupes d'élèves se forment au fur et à mesure, chuchotant, souriant ou l'air absent. Tous évoquent, non sans une mutuelle appréhension, la prochaine épreuve d'Histoire !

 

Pièces jointes
Aucune pièce jointe
Catégories
  • 2013