En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

le lycée dans la presse

Ouest-France 14 avril 2015 : L'empereur Néron au centre d'une rencontre latiniste

Par OLIVIER GUIVARC'H, publié le mardi 28 avril 2015 08:40 - Mis à jour le mardi 28 avril 2015 08:40

 lempereur-neron-au-centre-dune-rencontre-latiniste.jpg

Les élèvent participent à un rallye concocté par les élèves de terminale, qui sera récompensé par des cadeaux !

 

 

Les élèves latiniste de seconde, première et terminale du lycée Galilée et leur professeure Marie-Christine Naël ont accueilli, jeudi, Anouchka Mangin, professeure de latin au collège Jacques-Brel, Laurence Castanet, du collège du Pays Blanc et Fanny Boisse, du collège Jacques-Prevert, accompagnées de leurs élèves.

Ces rencontres annuelles, initiées l'année dernière par Marie-Christine Naël, s'inscrivent dans le cadre d'une liaison collège-lycée. Leur objectif consiste à favoriser les échanges entre élèves latinistes, les plus âgés faisant profiter de leur expérience et de leurs motivations aux futurs lycéens.

La rencontre de jeudi a débuté par un déjeuner romain suivi d'un rallye sur le thème de l'empereur Néron. Les trois professeures constatent un intérêt variable de leurs élèves pour le latin, avec une moyenne de deux sur dix décidés à poursuivre, mais ont vérifié le réel impact qui découle de ces rencontres : « Les lycéens démontrent les points positifs de la poursuite du latin dont les points acquis au bac, facilitant l'obtention d'une mention. En outre, l'occasion de faire connaissance avec leur future enseignante est un atout pour les rassurer, le passage en seconde les inquiète. Cette manifestation, tant humaine que professionnelle, est très appréciée par les élèves et nous, y nous prenons un grand plaisir », résume Laurence Castanet.

Le constat de Marie-Christine Naël

« En seconde, ils sont globalement motivés, en première, le petit nombre fait que les cours se passent de façon très agréable et en terminale, l'objectif est d'avoir le maximum de points pour assurer une mention. La préparation à l'examen est relativement accessible et le contenu en est réalisable sur une année. » Elle évoque le plaisir de se retrouver autour d'un enseignement, d'une langue mise à mal actuellement. « Depuis que je l'enseigne, c'est-à-dire, presque trente ans, le latin est chaque fois remis en cause. Peut-être le considère-t-on à tort comme une langue élitiste alors qu'elle est tout simplement mise au service de la langue française, dans la découverte de l'étymologie, de la grammaire. Il faut penser aux vingt pour cent d'élèves qui étudient le latin au collège que l'on a voulu rayer de la carte, ce que je trouve vraiment dommage. Dans cette optique, la liaison collège-lycée est essentielle, parce qu'elle donne un sens aux études latin-grec au lycée »

Pièces jointes
Aucune pièce jointe
Catégories
  • 2015