En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Actualités2014

Salon de la petite édition LE POULIGUEN 11 avril 2014

Par webmestre galilee, publié le dimanche 1 juillet 2018 19:18 - Mis à jour le dimanche 1 juillet 2018 19:18

Le vendredi 11 Avril, les élèves de l'enseignement d'exploration Littérature et société de seconde 4 et 7, accompagnés de Mesdames Naël et Cazaban, ont participé à une matinée organisée au salon de la petite édition au Pouliguen.

Ils ont tout d'abord dessiné une première de couverture à partir des trois livres qu'ils avaient été invités à lire pendant l'année, édités dans de petites maisons d'édition (Le passager clandestin, Cénomane ou Attila par exemple) avec l'aide d'une graphiste.

Ensuite, ils ont pu rencontrer une éditrice (pour les secondes 7) et un auteur pour les secondes 4: Emma Morinière raconte:" Jean-Claude Leroy est venu de Rennes; il est âgé de 50 ans et a commencé à écrire "sérieusement" à 30 ans, a commencé à publier à 40 ans. Ex-photographe, il n'a pas fait d'étude particulière mais a beaucoup voyagé pour "faire sa formation d'écrivain".

Pourquoi écrire? demande un des élèves. "Il a commencé à 10/11 ans et considère l'écriture comme un besoin. Il a écrit de la poésie à 15/16 ans. Il ne part pas forcément de sa vie propre mais de de ce qu'il a vu. C'est ainsi qu'il vient de faire paraître son dernier roman Rien seul. Cet ouvrage a pour origine la rencontre avec un homme qui a quitté, adolescent, sa famille et qui a essayé de s'en sortir seul. Alcoolique, il a connu des périodes de "calme" et des rechutes.


 

Son histoire est devenue une fable politique et un livre sur la douleur. J. C Leroy a trouvé déterminante sa lecture des poèmes de Prévert, des oeuvres des surréalistes, d'André Breton (Nadja).

Ses voyages l'ont emmené en Egypte où il a rencontré Albert Cossery qui l'a beaucoup influencé.

Mais il apprécie aussi Dostoievski ou bien un auteur suédois comme Dagerman. Il insiste sur le fait que l'on ne peut écrire que lorsque l'on a vécu".

Pièces jointes

À télécharger

 / 1